Rebecca – Brésil – septembre 2018

Oi França ! Tudo boooom ? Non allez un peu plus de sérieux Rébecca, il s’agit tout de même d’un mail officiel…

Enfin bref, voilà. C’est mon deuxième rapport mensuel, ce qui signifie que ça fait deux mois je que je suis au Brésil. J’hésite entre sauter partout tellement c’est génial ou pleurer à chaudes larmes parce que ça fait DÉJÀ deux mois.

Tout (absolument tout) se passe à merveille : la famille, les amis, l’école, la langue, les sorties, etc.

Je vais donc vous décrire mon petit nuage de paradis en espérant que ça donnera envie aux jeunes de partir (désolée pour les plus vieux c’est trop tard avec le rotary mais c’est possible avec un autre organisme).

Je vais donc commencer avec l’école parce que si vous avez vu mon dernier rapport vous savez que ça me tenait beaucoup à cœur et que ça me stressait énormément. Tout se passe bien je m’amuse beaucoup et je comprends les cours. Les professeurs sont très gentils avec moi et font tout pour que je comprenne c’est génial. Mes amis à l’école sont très compréhensifs et adorent m’enseigner des nouveaux mots (pas toujours très jolis). Des fois, je croise des gens que je ne connais absolument pas, mais eux paraissent me connaître étant donné que j’ai le droit à des « Oi Rébecca tudo booom ? » tous les jours. Avec le bisou et le câlin qui vont avec bien sûr ! Les gens sont tellement gentils… même si des fois c’est un peu étrange.

En cours, on parle beaucoup de la France (en Histoire on étudie plus profondément la Révolution Française qu’en France !). Je remarque de plus en plus que notre pays a beaucoup aidé la population à construire la société brésilienne d’aujourd’hui. Que ce soit à travers nos chercheurs, nos politiciens, nos guerres, nos technologies, notre NOURRITURE… C’est quand même génial de savoir ça, cela donne une nouvelle vie sur notre histoire et je respecte de plus en plus mon pays natal. Quand on étudie un personnage ou une histoire français(e), je suis là à me tortiller sur ma chaise en disant « oh c’est la France c’est mon pays ». Des fois c’est un peu pathétique mais c’est marrant. Avant, je trouvais qu’être française était banal et sans grand intérêt mais plus je réfléchis et plus je me dis qu’en fait… bah c’est cool d’avoir cette nationalité et d’être née dans ce pays froid, humide et terne (attention ceci est une blague à ne pas prendre au premier degré ! J’aime mon pays).

Au niveau de la famille, ça se passe vraiment super bien ! Toutes mes grandes sœurs sont déjà parties et je me suis déjà habituée à ma vie avec mes grands parents et mon papa (et avec Lú aussi. C’est la femme de ménage mais elle fait partie de la famille). J’essaie de ne pas rester dans ma chambre et d’être avec eux le plus possible mais le rythme est compliqué à suivre, du coup je dors tout le temps (que ce soit dormir debout ou dans mon lit). Se lever à 6h du matin c’est compliqué pour moi (oui, je suis une marmotte). Mais ils sont ma famille et quand je passe des moments avec eux je profite à fond !

Quand je ne suis pas fatiguée (ou seulement un peu), je sors avec mes amis l’après midi en semaine ou les WE (quand je ne suis pas chez ma maman à Jacareí). On va marcher, visiter des endroits, discuter sur la place… à Guararema ils ont une place au nom du Rotary ! Il y a une sculpture du logo du Rotary Internacional.

Hier soir, je suis allée marcher avec une amie. Elle m’avait proposé d’aller « caminhar » mais comme c’est un synonyme de « andar », je pensais qu’elle voulait juste marcher. Mais quand elle m’a vu en tenue normale alors qu’elle était en tenue de gymnastique elle a rigolé. « Caminhar » c’est quand tu marches avec une tenue de gymnastique pour maigrir et « andar » c’est quand tu marches normalement. Mais j’ai pas compris parce qu’il y a que la tenue qui change, l’intensité de la marche est la même ! Moralité : si t’as une tenue de gymnastique tu maigris même si tu fais rien de plus que d’habitude. Ça explique pourquoi tout le monde est en leggings en permanence. Bref, du coup on a marché biiien lentement, on a mangé une barbapapa et on a dîné dans à la maison de la patate (de la pomme de terre avec du riz et de la pomme de terre. C’était bon mais j’ai pas terminé). Enfin je vous dis tout ça parce que le portugais est plein de subtilités et que ce qui peut paraître des synonymes n’en est pas forcément ! Du coup si vous êtes pas sûrs demandez, ça vous évitera des situations gênantes ou des confusions (quelque soit la langue).

En parlant de ça, je comprends plutôt bien le portugais formel, mais quand les jeunes commencent à parler en utilisant des expressions imagées, des mots familiers et des mots qui ne ressemblent en rien au français et qui n’ont même pas de traduction dans ma langue je comprends rien du tout. Alors je reste là et je répète « hein ?! » Et quand je leur demande de m’expliquer ils répètent juste :’(Je suis pas prête d’utiliser leurs expressions familières !

Ma première rencontre avec les étudiants d’échange a eu lieu. On était 25 (avec le district 4600 de São Paulo et le district 4570 de Rio de Janeiro). C’était un we organisé à la plage ! C’était géniaaaal ! On s’est beaucoup amusés, on s’est baignés dans la mer (j’étais la première mouillée de la tête aux pieds !), on a fait des leçons de portugais… on a surtout parlé anglais entre nous parce que tout le monde ne parlais pas portugais et il était hors de question que chacun parle sa langue maternelle. Mais il y avait un autre français (pas dans mon district malheureusement), il est trop gentil mais il est bizarre. Il est encore plus fier que moi de la France, du coup il avait une combinaison intégrale du drapeau français. Le milieu était blanc, le côté droit bleu et le côté gauche rouge. Le gars c’était un drapeau vivant ! Il y avait également une indienne, une allemande et un canadien qui parlaient français du coup on a papoté dans une piscine à 17°C. C’était fun mais ça rappelle la mer en Bretagne en plein été sous 20°C avec un vent à 45 km/h. Saudade. Enfin ! On s’est beaucoup beaucoup amusé et j’espère qu’on va se revoir d’ici peu. J’ai également reçu mon argent de poche. 500 reais pour deux mois, ce qui fait un peu plus de 50€ par mois.

Et aujourd’hui il y a eu un défilé avec mon école dans l’avenue principale de Guararema.

Chaque classe représentait un pays, mais ma classe faisait l’Australie du coup j’ai porté le drapeau de ce pays pendant des heures en marchant et en faisant des chorégraphies avec un costume d’avocat. Ou d’une personne du domaine social. Toutes mes amies étaient en pompom girls et moi j’étais en mode strict. J’ai pas compris pourquoi le professeur de sport a voulu ça. Mais on s’est éclaté ! Il y avait des milliers de personnes (je vous jure que j’exagère pas c’était trop impressionnant) nous regardant !

Le défilé était avec plusieurs écoles mais la mienne (Ivan Brasil) était la dernière a passer, du coup on a attendu plus de deux heures avant de vraiment commencer. Il y avait le drapeau de l’école et des majorettes à l’avant, après une fanfare et après les élèves avec les pays. On était les premières c’était trop stressant ! Surtout que j’étais à l’avant ! Tout le monde me suivait et j’avait l’impression de me louper à chaque pas mais c’était vraiment génial de participer à un événement comme ça ! Au début il faisait très froid mais après le soleil est apparu et on a fini le défilé en suant sang et eau ! Avec ma chemise blanche c’était pas classe. On s’est levé à 6h pour au final commencer à 12h au lieu de 9h :’(.

Pour changer un peu de sujet et revenir au Rotary (ce texte est vraiment désordonné), je fais partie de l’Interact Club de Guararema. On organise des rencontres, des événements… c’est génial ! On va même faire un voyage ! J’assiste aux réunions de l’Interact tous les lundis c’est chouette ! Surtout maintenant que je comprends ce qu’ils racontent. J’ai également échangé les fanions du club de Sablé avec le préfet de Guararema et le président du club !

Enfin bref, je passe des moments inoubliables en compagnie de mes amis et de ma famille. Je profite à fond de tout et je tente pleins de nouvelles choses !

Je vous remercie de l’attention, vous qui avez réussi à lire jusqu’au bout ce roman.

Merci au Rotary et au mois prochain !

Tchau !

Share Button

Une réflexion sur « Rebecca – Brésil – septembre 2018 »

  1. Bonjour Rebecca!Quel plaisir de te lire !Déjà ta première lettre m’avait surprise car elle était pleine d’humour et là tu donnes tellement de détails sur ta nouvelle vie que tu apprécies que j’attends avec impatience ta prochaine lettre !!!Continues à faire des progrès et participes à tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*