Dorian Laloyaux – Équateur – 9 juin 2014

Hola Rotariens Saboliens,
Après notre voyage au Galapagos, le dernier bustrip est arrivé très vite. Nous sommes partis le 16 mai de Guayaquil pour un tour de huit jours des les montagnes équatoriennes. Nous étions tous les étudiants d’échanges réunis, c’est à dire environ 120 jeunes réparti dans quatre bus. De guayaquil nous sommes allés à Cuenca l’une des plus belles villes du pays avec ses infrastructures coloniales les mieux conservées d’Equateur et ses ruines Incas. Le soir à l’hôtel nous avons eu la soirée des talents qui était un bon moment. De Cuenca nous sommes allés à Riobamba pour admirer le Chimboraso, plus grand volcan du monde et point le plus haut sur terre dû à sa position proche de la ligne équatorienne. Après Riobamba nous nous sommes dirigés vers Banos ou nous pouvions faire du saut à l’élastique, aller à la casa del arbol (Une balancoire ouverte sur la vallée), et beaucoup d’autres activités. De banos nous avons dormi à Puyo, une petite ville à la bordure de la forêt amazonienne. Ensuite nous avons continué à monter vers le nord pour arriver dans ma ville, Quito. A Quito nous avons vu le centre historique, le téléférique et le centre du monde avec la ligne équatorienne. De la moitié du monde nous sommes allés dans la dernière ville du voyage Ibarra. Là bas nous avons mangé du lama, vu des lacs magnifiques et lors du trajet retour à Quito nous nous sommes arrêtés à Otavalo. C’est ville est très connue pour son marché artisanal. L’endroit parfait pour acheter des cadeaux locaux.
Après tous ces bons moments partagés ensemble, on a dû dire au revoir à ceux que l’on ne reverrait plus. Plus d’une centaine de jeunes dans les bras les uns les autres. Un voyage de partages et de découvertes extraordinaires.

Après ce voyage, avec Key un ami des Etats-Unis nous avons décidé de partir une dernière fois sur la côte de ce merveilleux pays pour dire nos aux revoirs à quelques amis et à l’océan pacifique. Nous sommes restés trois jours à Portoviejo et le week-end à la plage à las Tunas. Las Tunas est endroit d’une grande beauté, la plage est vide du coup très propre et l’océan et ses vagues rendent cette endroit magique. Le dimanche soir nous avons repris le bus avec Key pour retourner à Quito.

De retour à Quito j’ai commencé ma dernière semaine dans ce pays qui m’a tant donné, qui m’a offert des découvertes, des surprises, des amis, des familles … On a donc passé notre dernière semaine ensemble. Au cour de la semaine mes amis les plus proches sont tous parti les uns après les autres. Ce dernier week-end, je l’ai passé avec Josh un ami de l’échange et nous sommes parti en Colombie à l’église de las Lajas avec mes parents d’accueil. C’était une vielle promesse de ma mère d’accueil de m’emmener voir cette église. C’est une église magnifique faite de roches sombres au bord de la vallée.

Et aujourd’hui nous sommes lundi, j’ai fais mes aurevoirs  à Josh qui est retourné ce matin à Latacuga sa ville d’échange qui se situe à une heure de Quito vers le nord. Aujourd’hui est le dernier jour de mon échange en Equateur car demain soir à 21 heure je m’envole pour Buenos Aires ou je vais passer un mois avant de rentré en France.

Après avoir vécu tant de beaux moments et avoir appris tant de choses je ne peux que dire un immense merci au rotary club de Sablé, à Isabelle Lambert et à mes parents pour m’avoir donné cette chance inoubliable de partir en échange.

EcuaDorian.

Share Button

Week-end Jeunes à Luçon – 24-25 mai 2014

45 jeunes étrangers en fin de séjour accueillaient les 45 jeunes français sur le départ pour leur donner des informations sur leur pays d’accueil et des conseils pour bien réussir leur année d’échange.

Remise officielle des vestes et du kit de départ pour les 3 jeunes parrainés par le club : Solène Chevreuil (Pérou) – Manon Mocquereau (Brésil) et Boris Plateau (Équateur).

Share Button

Sur les chemins de l’école en Afrique – Didier Fosse – Jour 3

Mercredi
Ce matin nous allons visiter un projet dans un compound de Lusaka : CHIKUMBUSO. Ce quartier pauvre de LUSAKA compte plus de 100.000 habitants. Un havre de paix y a été créé destiné à recueillir les veuves et les orphelins dont les pères et/ou mères sont décédés du SIDA.

SONY DSC
Le SIDA est un problème majeur de santé publique en Zambie, plus de 10% de la population est porteuse du virus du Sida. Aujourd’hui le dépistage est gratuit, il est systématique pour toute grossesse, mais les femmes ont le choix d’avoir connaissance du résultat du test ou pas. Cette maladie qui est aujourd’hui mieux connue génère encore le plus souvent dans les familles modestes de Zambie, les mêmes comportements que l’on avait vis-à-vis des pestiférés : une exclusion de la société, plus personne ne leur parle, ils vivent reclus dans leur foyer, on leur passe la nourriture à distance. C’est pourquoi certains préfèrent ne pas savoir tant que la maladie ne produit pas un affaiblissement trop important sur leur organisme. Les patients identifiés ont accès gratuitement aux traitements anti-viraux, mais pour une bonne efficacité, cela nécessite une bonne alimentation, ce qui n’est pas toujours le cas pour les patients modestes, quand la maladie se développe ils n’ont plus la force de travailler, donc plus les moyens de nourrir leur famille sans assistance. C’est tout le contexte qui a conduit une poignée de femmes africaines de Zambie à se regrouper en communauté et à créer CHIKUMBUSO qui signifie « SOUVIENS TOI ». Souviens-toi de tes proches décédés de cette terrible maladie, souviens-toi d’où tu viens (le plus souvent en arrivant ici ils sont dans une grande misère physique et psychologique) et tend la main à ceux que tu pourras croiser et qui vivent le même cauchemar. Continuer la lecture de Sur les chemins de l’école en Afrique – Didier Fosse – Jour 3

Share Button

Arthur Mazerat – Brésil – mai 2014

Bonjour à toutes et à tous,
C’est à présent le compte-rendu de mon 9ème mois passé au Brésil que je vous écris.
Je profite du mieux que je peux avant la fin de cette magnifique aventure : je découvre encore aujourd’hui de nouvelles choses, qui, chaque fois m’impressionnent, me surprennent, m’apportent des connaissances, des expériences en plus de tout ce que la vie et l’échange m’ont déjà apporté.
J’ai un peu de mal à construire ce rapport, je dois vous l’avouer, je ne sais pas trop quoi dire. En effet, depuis quelques temps, une sorte de routine s’est installée et mes jours se ressemblent un peu, je me suis définitivement habitué à cette vie. Malgré tout, il y a quand même ce désir de vouloir rentrer chez soi, retrouver sa famille, ses amis, son pays et de vivre tout comme avant (un peu différemment).
Je vais commencer par vous conter mon petit « train-train quotidien » … Il commence donc à 7h30 avec le début des cours, jusqu’à 12h30, ensuite je déjeune, soit à la maison, soit avec des amis, je vais à la salle de sport (oui je m’y suis enfin mis! Après vous avoir parlé d’un certain gain de poids dans le précédent compte-rendu, j’ai dis stop!), et ensuite diverses activités que je fais chaque jour. Par exemple le mardi soir je vais jouer au foot avec mon second père d’accueil, le mercredi je vais donner mes cours de français et je joue au foot de nouveau, cette fois avec mon conseiller jeunesse, le jeudi je vais à l’éducation physique du lycée et à la réunion de mon Rotary Club. Enfin viennent le vendredi et le week end. C’est là que je me retrouve avec mes amis pour sortir et faire toutes sortes d’activités, et que je passe plus de temps avec ma famille d’accueil. Par exemple, avec le groupe d’étudiants d’échange nous somes allé au Paintball, au bowling, faire du Paddle (le principe est d’être debout sur une sorte de planche de surf et de ramer comme en canoë) etc etc. Pour ce qui est de la famille, nous allons faire du vélo, nous allons au restaurant, voir des amis, nous cuisinons (français) etc. Au bout du compte, cela fait des semaines bien remplies, et pas beaucoup de temps pour rester à rien faire.Ce que je trouve très bien (et que nous n’avons pas en France), c’est d’étudier le matin et d’avoir son après-midi libre ; ça nous permet de faire pas mal de choses, de travailler si on veut, d’étudier si on a besoin… Et tout cela en ayant 25h de cours par semaine.

Continuer la lecture de Arthur Mazerat – Brésil – mai 2014

Share Button

Sur les chemins de l’école en Afrique – Didier Fosse – Jours 1 & 2

Bonjour chers lecteurs, je vous retrouve aujourd’hui pour vous faire partager une autre aventure, de ce livre que j’ai commencé lorsque Christian m’a ouvert la porte du Rotary il y a un peu plus de 10 ans ,ce livre qui s’intitule « OPPORTUNITES ». Ce nouveau chapitre s’intitule « Sur le Chemin de l’école en Afrique »

SONY DSCL’aventure commence comme souvent dans un aéroport, CDG, cette fois-ci où la totalité de l’équipe de 9 personnes s’est retrouvée, vendredi dernier en début de soirée. L’initiative de ce projet revient à Christian qui a commencé à construire ce projet il y a un an, un reportage d’Arte sur World Bicycle Relief (WBR), quelques recherches sur Internet pour faire connaissance avec l’Organisation Non Gouvernementale (ONG), premiers contacts mail, puis échanges téléphoniques. A l’automne Christian construit un premier projet avec fourniture de 20 vélos à une école en Zambie, ce qui lui permet d’apprécier le sérieux. Convaincu, il lance un projet plus ambitieux : fournir 200 vélos à une école en Zambie, pour permettre aux enfants de se rendre plus rapidement à l’école. Il souhaite également aller personnellement remettre ces vélos aux bénéficiaires dans un village de Zambie. L’idée séduit plusieurs membres de son Club, ROTARY-CLUB Auxerre Saint Germain, dans le district 1750, en particulier Jean-Philippe, jeune rotarien, investi l’an passé dans une journée nationale de vaccination contre la polio en Inde. Christian nous parle alors de ce projet, c’est l’enthousiasme, nous le suivons et souhaitons nous impliquer également dans ce projet, quelques membres du Club de Sablé Sur Sarthe ayant vu le documentaire « Sur les Chemins de l’école » sont convaincus de l’utilité d’un tel projet, un deuxième Club se trouve impliqué et un deuxième District, le 1510. Michel , jeune rotarien du Club de Nantes Sur Loire, qui avait également participé à la journée nationale de vaccination en Inde et à la construction d’un barrage l’an passé est également partant .Notre bonheur est de partager cette aventure avec nos conjoints tout aussi volontaires pour cette aventure. Les autres amis ne sont pas absents, Jacqueline ex-rotarienne du Club de Château-Gontier fait aussi partie de l’équipe. Continuer la lecture de Sur les chemins de l’école en Afrique – Didier Fosse – Jours 1 & 2

Share Button